PS : Le congrès inutile

Après les primaires ouvertes de 2011, la cooptation d’Harlem Désir à la tête des socialistes marque le verrouillage de l’appareil du parti.

Un mois et demi avant son épilogue, prévu le dimanche 28 octobre, à Toulouse, le congrès du Parti socialiste s’est joué dans la nuit du 11 au 12 septembre. Au petit matin, c’est par un communiqué commun de Martine Aubry et de Jean-Marc Ayrault que les militants et la presse ont appris qu’Harlem Désir avait été choisi pour succéder à la maire de Lille à la tête du PS. « Guillaume Bachelay en sera le numéro deux », annonçait également le même texte. Peu après, on apprenait du Premier ministre que deux jeunes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents