Qui a peur de l’Iran ?

Une négociation avec l’Iran suppose, pour les États-Unis et le monde arabe, d’ouvrir le dossier du nucléaire israélien. L’analyse de Bernard Ravenel.

Le clash qui vient d’éclater entre Barack Obama et Benjamin Netanyahou (le premier ayant refusé de recevoir le second) ne peut surprendre lorsqu’on connaît les positions des deux protagonistes face à l’éventualité d’une attaque israélienne sur l’Iran. Cette irruption spectaculaire du Premier ministre israélien dans la campagne électorale américaine ne doit pas faire oublier les enjeux décisifs qui se cachent derrière cette nouvelle querelle. Après le constat de leur échec politico-militaire en Irak et en…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.