Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Sanofi cache son plan

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


On savait depuis plusieurs mois que Sanofi préparait un plan de restructuration de ses sites français. Un plan qui a l’air de plaire aux spéculateurs puisque l’action en Bourse du géant pharmaceutique a augmenté de 40 % depuis le début de l’année. Les syndicats craignaient 2 500 suppressions d’emplois, ce sera finalement « environ 900 postes » en France, « à l’horizon 2015 », a annoncé Sanofi. Un flou savamment entretenu par la direction qui a convoqué sur ses différents sites, mardi 25 septembre, des comités centraux d’entreprise (CCE), auxquels l’ensemble des représentants du personnel ont refusé de se rendre « faute d’avoir obtenu les documents sur le plan de restructuration envisagé ». À la mi-septembre, le bouillant ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, avait curieusement déclaré qu’il accepterait un tel plan… si les syndicats étaient d’accord. C’est mal parti.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents