The We and the I : Sur la ligne de vie

Michel Gondry embarque dans un bus les petites existences de grands ados du Bronx. Un voyage urbain déployé comme un tableau vivant.

C’est la fin des classes. Des grappes de lycéens du Bronx prennent d’assaut le bus 66 pour rentrer à la maison, avec trois mois de vacances en perspective. Une caméra à l’épaule suit cette hystérie collective que représente une fin d’année scolaire. Sous l’œil surveillant de la conductrice, et dans le brassage ethnique, s’y bousculent de frêles caïds, des petites frappes, des forts en gueule et grands déconneurs, des maîtres du chahut et de la provocation, des introvertis forcément discrets, des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents