Visa pour l'image : Des clichés pas ordinaires

La 24e édition de « Visa pour l’image », à Perpignan, poursuit son travail de témoignage.

Orée 2000. Galpao da Araujo Barreto, une chocolaterie désaffectée de Salvador de Bahia, au Brésil. Sur ce front de mer, plus d’une centaine de familles se sont constituées en communauté. Des exclus lassés par la violence de la ville. Baraquements de fortune greffés sur les résidus de l’usine. Ça n’empêche pas de boire une petite bière le dimanche soir dans la cour, de jouer au billard et au bingo, de taquiner le ballon rond, ni les gosses de s’amuser dans les cages d’escalier décaties. Au fil des années,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents