3 %, au doigt mouillé

Jean-Marc Ayrault devrait se poser quelques questions sur l’engagement de respecter en 2013 les 3 % de déficit public, gravé depuis 1992 dans le marbre du traité de Maastricht, et répété à l’envi par Hollande. Le Parisien (28 septembre) a retrouvé « l’homme qui, à la demande de Mitterrand, a inventé à la va-vite ce chiffre emblématique » en 1981. Guy Abeille, alors haut fonctionnaire à la direction du Budget, raconte que le 3 % est né « sur un coin de table, sans aucune réflexion théorique ». Et la fameuse…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents