Diaporama sonore : la vie dans un centre éducatif fermé

Reportage dans le Centre éducatif fermé de La Rouvellière (Sarthe), où 12 mineurs récidivistes de 16 à 18 sont placés pour six mois. Dans son programme de candidat, François Hollande promettait de doubler le nombre de ces CEF.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Au CEF de La Rouvelière, près du Mans, l’équipe éducative a six mois pour tenter de responsabiliser 12 mineurs multirécidivistes de 16 à 18, placés par le juge des enfants.

La plupart attendent un jugement pour des délits en récidive ou des crimes, en « contrôle judiciaire » depuis leur sortie de garde à vue. Ils encourent au minimum cinq ans d’emprisonnement pour des cambriolages, des vols ou des violences avec armes. D’autres sont placés ici en « mise à l’épreuve » à l’issue d’un jugement, ou en aménagement de peine après un passage en prison.

Reportage :

À lire aussi dans notre dossier :

-La vie dans un centre fermé (reportage au CEF de la Rouvelière, à Allonnes (Sarthe).

-Faut-il enfermer les mineurs délinquants ? Introduction du dossier en accès libre.

-On enferme bien les enfants. Brève histoire de l'enfermemnt des mineurs.

-Jean-Pierre Rosenczveig : « Il faut distinguer les démarches éducative et carcérale ». Entretien avec le président du tribunal pour enfants de Bobigny.


Les noms ont été modifiés

Haut de page

Voir aussi

Articles récents