Espagne : le retour du séparatisme

Les indépendantistes confirment leur percée attendue au Pays basque. Un regain qui trouve un écho tout particulier dans l’Union européenne, avec la montée en puissance des « régions-nations ». Reportage.

Dans l’imaginaire espagnol, Hernani est avant tout la « capitale du territoire comanche 1 », la place forte de la gauche radicale Abertzale. Des dizaines d’etarras (militants de l’ETA) ont grandi dans les rues de cette petite ville de 20 000 habitants, entre graffitis à la gloire de l’indépendance, manifestations hebdomadaires et incursions de la Guardia Civil. En 1995, elle fut le théâtre majeur de la Kalle Borroka – guérilla urbaine en langue basque –, marquée par de violents affrontements et près de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.