Expulsion d’ampleur à Notre-Dame-des-Landes

Hélicoptères, 500 gendarmes et CRS, c’est toute une armada qui a été envoyée mardi pour déloger des militants contre la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, en Loire-Atlantique. Le projet, déclaré d’utilité publique en 2008, est coûteux, inutile et à fort impact social et environnemental, selon ses détracteurs. L’État et les collectivités territoriales campent sur leurs positions et bataillent contre les militants et les habitants des terrains qui refusent de vendre leur maison au…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents