Hébergement d’urgence : Un déficit persistant

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Au mois de septembre, le service du 115 n’a pu satisfaire les trois quarts des demandes d’hébergement d’urgence qui lui ont été adressées. « Une situation alarmante » , regrette la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (Fnars), qui dévoile ce chiffre. Ce « déficit persistant de places d’hébergement [est] dénoncé depuis plusieurs années » , explique Florent Gueguen, directeur général de la Fnars, qui demande à Cécile Duflot de pérenniser les lits mobilisés temporairement dans le cadre des plans hivernaux. Face à ce manque de prise en charge et au délai d’attente pour accéder à un toit, beaucoup de sans-abri découragés n’appelleraient même plus le numéro d’urgence.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents