La demi-victoire de Séralini

Bien que désavouée par deux nouveaux avis d’experts français, l’étude du biologiste provoque un trouble réel chez les scientifiques.

L’onde Séralini n’a pas fini de perturber le milieu de la toxicologie. L’étude qu’il a publiée avec son équipe le 19 septembre dans la revue Food & Chemical Toxicology, et qui montre l’apparition de tumeurs chez des rats nourris pendant deux ans au maïs OGM NK603 traité à l’herbicide Roundup (produit de Monsanto), vient à nouveau d’être déjugée. Après l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), puis ses équivalents allemand, danois et néerlandais, et les six académies scientifiques françaises,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le casse-tête catalan

Monde par

 lire   partager

Articles récents