La naissance d’une opposition de gauche

Le succès de la mobilisation contre le traité budgétaire européen traduit un début de divorce entre les socialistes et leur base électorale.

Le pari était risqué. Il a néanmoins été gagné. Appeler à une manifestation nationale moins de cinq mois après le remplacement de Nicolas Sarkozy par François Hollande, alors que les électeurs sont encore enclins à laisser le nouveau pouvoir s’installer, avait tout d’une gageure. Mobiliser contre un traité dont la très grande majorité de la population ignorait jusqu’à l’existence n’était pas non plus gagné d’avance. Sans compter qu’une montée à Paris représente un coût important pour tous les militants…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents