Le long siècle d’Eric Hobsbawm

Décédé le 1er octobre, l’historien anglais, qui se voulait un « spectateur engagé », n’a jamais renié sa fidélité au marxisme.

Olivier Doubre  • 11 octobre 2012 abonné·es

Eric Hobsbawm aura vécu bien plus longtemps que ce qu’il a décrit comme le « court XXe siècle ». Le mot a d’ailleurs grandement contribué à sa renommée d’historien internationalement reconnu. N’en déplaise à Pierre Nora, qui avait refusé, fin 1996, de publier son livre le plus célèbre, l’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1994). Nora considérait que ce grand livre d’un historien qui n’a jamais renié sa fidélité au marxisme serait paru dans un « environnement intellectuel et historique peu favorable ». D’après lui, la France ayant été le pays « le plus profondément stalinisé », cet ouvrage aurait « accentué l’hostilité à tout ce qui, de près ou de loin, peut rappeler cet âge du philosoviétisme ou procommunisme de naguère, y compris le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 7 minutes