L’emploi a bon dos

La fermeture de la centrale de Fessenheim, prévue pour 2016, relance le débat sur l’avenir des salariés de la filière.

Satisfaction à la CGT : la centrale syndicale annonçait, le 9 octobre, plus de 80 000 militants dans la rue pour la défense de l’emploi, sa première mobilisation de l’ère Hollande. La branche « énergie », très présente, protestait, entre autres, contre la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, confirmée par le Président pour fin 2016. Une décision « abrupte », critiquait mi-septembre le secrétaire général de la CGT, brandissant « le chiffre de chômage et de précarité record » et « les 6 millions…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents