« Nous avons tapé là où ça fait mal »

Un des coauteurs de l’étude sur les OGM de l’équipe de Gilles-Éric Séralini, publiée le mois dernier, revient sur le rejet par les autorités scientifiques des résultats de ce travail de recherche.

L’Agence européenne de sécurité alimentaire (Efsa) vient de rejeter en bloc les résultats des recherches de l’équipe Séralini montrant que des rats nourris au maïs NK 603 de Monsanto développent des tumeurs. Pour le médecin Joël Spiroux, l’un des coauteurs de cette étude, c’est le signe d’une déstabilisation du milieu de la toxicologie. L’Efsa juge votre étude « d’une qualité scientifique insuffisante pour être considérée valide pour l’évaluation des risques ». Cela vous surprend-il ? Joël Spiroux : Nous…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents