ONU : Théâtre d’ombres

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Tous les commentateurs l’ont dit : l’intervention, à la tribune de l’ONU, de Benyamin Netanyahou a « éclipsé » le discours du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Parce que le Premier ministre israélien a tracé devant les télévisions du monde entier la « ligne rouge » que les Iraniens ne doivent pas dépasser dans leur progression vers la bombe. Une « ligne rouge » dont ne veut pas entendre parler Barack Obama. Auparavant, Abbas avait dénoncé la colonisation qui continue de galoper en Cisjordanie. Mais c’est le feutre rouge qui a fait le spectacle. La « com » triomphe dans l’enceinte de l’ONU. Et elle n’est jamais innocente.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents