Prisons : Des surveillants bloquent Clairvaux

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les surveillants pénitentiaires de Clairvaux, dans l’Aube, ont bloqué les portes de la centrale, lundi, pour dénoncer le manque d’effectifs et leurs conditions de travail. Dans cette centrale de 200 surveillants pour 150 prisonniers, neuf surveillants ont été récemment agressés par des détenus, selon le syndicat FO, qui appelle à un « remplacement poste par poste » de ceux qui partent en retraite. Le ministère de la Justice prévoit la création de 500 ** emplois en 2013, mais le projet de deux nouvelles centrales, lancé par le précédent gouvernement, est abandonné.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents