Comment le libéralisme a miné l’engagement

La dérégulation économique et la montée de la précarité ont favorisé l’abandon par les jeunes chercheurs de la lutte sociale.

Olivier Doubre  • 29 novembre 2012 abonné·es

Le 8 octobre dernier, dans la salle Jean-Pierre-Vernant de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), une conférence de presse présentait la publication d’un coffret de trois volumes intitulé Faire des sciences sociales  [^2]. L’un de ses codirecteurs expliqua ainsi le projet : « Nous avons voulu ouvrir la porte du laboratoire ! » La phrase résume bien la démarche des auteurs, initiée trois ans auparavant : donner à voir comment les chercheurs de l’EHESS travaillent dans leur laboratoire. Et ainsi répondre aux critiques sarkozyennes entendues sous le précédent mandat présidentiel :

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Droite : Le temps des aventuriers
Temps de lecture : 6 minutes