« En Israël, les élections se gagnent avec les chars »

Les vraies raisons de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza, deux mois avant les élections législatives, sont à chercher dans la politique intérieure israélienne. L’analyse d’un journaliste gazaoui.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Trois ans après les bombardements israéliens violents sur la bande de Gaza, l’armée est de nouveau passée à l’offensive, mercredi 14 novembre, après plusieurs semaines d'escalade des tensions israélo-palestiniennes.

Selon «Wissam», journaliste gazaoui, les raisons de cette nouvelle opération israélienne sur la bande de Gaza sont à chercher dans la politique intérieure israélienne.

Politis : Quelle est l’origine de cette nouvelle escalade de la violence ?

Vendredi dernier, une patrouille israélienne à la frontière de la bande de Gaza a été la cible d’une attaque à l'explosif revendiquée par le FPLP. Un officier israélien, chef opérateur d’une branche de l’armée israélienne, a été grièvement blessé dans l’attaque. Depuis, Israël conditionne psychologiquement sa population à une montée de violence sur la bande de Gaza. Les échanges, entre les tirs de roquettes et les contre-attaques israéliennes, ont duré 3-4 jours par la suite.

Il y a toujours de la violence autour de la frontière. Les Palestiniens attaquent les militaires dans une zone géographique assez limitée, sans cibler les principales villes du sud d’Israël. Depuis 2005, les attentats-suicides ont cessé. Les Israéliens évitent habituellement toute attaque contre des dirigeants du Hamas. En tuant mercredi Ahmed Jabari, dans un raid aérien, ils ont rompu avec cette attitude.

Ces derniers jours, les Égyptiens ont déployé des efforts diplomatiques auprès des Américains ou en lien direct avec Israël, pour faire respecter ces « règles du jeu ». Israël semblait plutôt prêt hier matin à les accepter et le Hamas a fait tout ce qui était possible pour imposer la trêve sur les autres forces palestiniennes, jusqu’à mercredi.

Les tirs de roquettes ne sont pas le fait du Hamas ?

Non. Les récentes attaques étaient revendiquées par le Jihad islamique, le FPLP et les Comités de résistance populaire. Le Hamas a arrêté certains tirs de roquettes par la force armée. Il a fait emprisonner des militants de telle ou telle force pour pouvoir respecter leurs engagements.

Le Hamas cherchait à établir une situation calme sur Gaza, car il a un accord avec le mouvement des Frères musulmans égyptiens. Ces derniers ont besoin de temps pour prendre un rôle régional important.

Pourquoi Israël attaque-t-il donc le Hamas ?

Le pouvoir israélien a reçu beaucoup de critiques sur l’état de son armée à Gaza et ses performances, à deux mois des élections législatives [du 22 janvier 2013, NDLR].

Ecouter la suite de la réponse:

« En Israël, les élections passent par les chars »

Cliquer ici pour afficher la réponse.

Israël a toujours été un Etat dans lequel les élections se gagnent avec les chars. Celui qui apparaît comme le protecteur d’Israël est élu.

Netanyahu est connu comme un homme qui parle beaucoup, mais agit peu. Il est très critiqué pour ses positions lors des élections américaines [en faveur de Mitt Romney] et il fait face à une situation sociale et économique critique en Israël, avec la crise.

Il a toujours menacé d’une guerre contre l’Iran, la Syrie, etc. Mais il ne peut pas attaquer l’Iran, car il est bloqué par Barack Obama. Il ne peut pas non plus attaquer le Liban, notamment à cause de la force du Hezbollah, qui a provoqué Israël dernièrement en envoyant un drone au-dessus de son sol. Cela a provoqué un scandale en Israël, car le ciel était un point de force de son armée.

Israël s’attaque donc au Hamas qui est plus faible...

Oui , ils ont testé récemment les Égyptiens et je crois qu’ils ont obtenu des garanties des Américains que les Frères musulmans réagiront verbalement, mais que cela n’aura pas de conséquences sur le terrain militaire. 

Benjamin Netanyahu arrive au ministère de la Défense, le 14 Novembre 2012. - Photo : AFP / Jack Guez



Photo : AFP / Mahmud Hams

Haut de page

Voir aussi

Articles récents