Obama reçoit des félicitations internationales

Quand le résultat des élections américaines est annoncé, il est de bon ton, à l’étranger, de féliciter le vainqueur. De nombreux dirigeants se sont pliés à la coutume, de bonne, ou de mauvaise foi.

Lena Bjurström  • 7 novembre 2012
Partager :

Enrique Pena Nieto , qui doit prendre ses fonctions de président du Mexique en décembre prochain, s’est empressé de féliciter Barack Obama sur Twitter, tandis qu’au Canada, le premier ministre « se réjouit » de poursuivre son travail avec l’administration démocrate.

En Europe, le président de l’UE, Hermann Van Rompuy , se dit « très heureux » . François Hollande salue « un choix clair en faveur d’une Amérique ouverte, solidaire » et adresse « ses plus chaleureuses félicitations » . David Cameron , premier ministre britannique, félicite quant à lui son « ami » , dans un tweet envoyé d’un camp de réfugiés syriens en Jordanie. Le ministre allemand des affaires étrangères parle de la poursuite d’une « bonne coopération » et le Premier ministre belge d’un « signal encourageant » .

Mahmoud Abbas , à la tête de l’autorité palestinienne, souhaite quant à lui que le président américain « continue ses efforts en faveur du processus de paix » tandis que l’israélien Benjamin Netanyahu , dont les relations avec Barack Obama sont notoirement tendues, affirme que l’alliance stratégique entre Israël et les Etats-Unis est « plus forte que jamais » . Son ministre de la défense, Ehud Barak n’a d’ailleurs « aucun doute » sur la poursuite d’une politique américaine « fondée sur un soutien à Israël » et se montre « confiant » dans la possibilité de « surmonter les différences de positions des deux pays » .

Alors que la Chine était un grand sujet du dernier débat entre les deux candidats, à Pékin, Hu Jintao et Wen Jiabao ont adressé au président américain un message… chinois. Ils souhaitent que leurs « relations bilatérales fondées sur une coopération constructive franchissent un nouveau stade » dans une « nouvelle époque historique » . Xi Jinping, qui doit prendre la place de président lors du congrès du Parti Communiste Chinois jeudi prochain, a également adressé un message de félicitations à son homologue Joe Biden.

Australie, Malaisie, Mexique, les messages de félicitations sont nombreux. En 2008, le président Ahmadinejad s’était lui aussi plié à la coutume, mais aucun signe d’Iran pour le moment.

Monde
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban