Quel remède pour lutter contre les déserts médicaux ?

Le nouveau statut de « praticien territorial », voté le 26 octobre à l’Assemblée, doit inciter les jeunes médecins généralistes à s’installer dans les zones rurales délaissées.

Jean-Michel Guyon est médecin généraliste en zone rurale, une espèce qui se fait rare en ces temps d’inquiétude autour des déserts médicaux. À l’instar de la plupart de ses collègues à la campagne, il a débuté dans les années 1980, alors que le « surplus » de praticiens incitait à accepter des postes en des lieux reculés. Mais s’il a exercé d’emblée dans le Doubs, dont il est originaire, c’est par vocation pour cet exercice si particulier de la médecine. Pour toute cette génération, l’âge de la retraite…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents