Rail : La libéralisation va bon train

Les syndicats de cheminots du système ferroviaire engagent un rapport de force contre la future réforme, qui ouvre à la concurrence de nouveaux pans du secteur.

Le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, a donné mardi le coup d’envoi à la future réforme du système ferroviaire, dont les grandes lignes sont encore floues. Très attendues, les annonces gouvernementales ont été précédées d’une journée de grève, le 25 octobre, à l’appel d’une intersyndicale (CGT, Unsa, SUD-Rail et CFDT). Le mouvement a mobilisé près de 30 % des agents de la SNCF selon les syndicats (23 % selon la direction), lesquels exigent du gouvernement une autre feuille de route. Car,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents