Good cop, bad cop

On a tou(te)s nos petites manies un peu honteuses, hein ? Moi qui te parle, par exemple, le vendredi matin, j’achète le Figaro, parce que c’est le jour du bloc-notes d’Ivan Rioufol, qui est, comme tu sais probablement, une espèce d’imprécateur totalement azimuté, auprès de qui feu Max Clos, qui officiait naguère en ces lieux, prend des airs posthumes de progressiste mou du fondement – alors qu’en vrai, non : en vrai, il était déjà tellement loin à droite que, par temps de brouillard, tu le voyais carrément…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.