Italie Lyon-Turin : la gestion est-elle en cause ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La société Lyon-Turin ferroviaire (LTF), maître d’ouvrage du gigantesque projet de TGV estimé à plus de 30 milliards d’euros par ses opposants, est dans le collimateur de la justice italienne. Paolo Comastri, directeur général jusqu’en 2010 de cette filiale de Réseau ferré de France et de son homologue italien, a été condamné en février 2011 à huit mois de prison pour trucage d’appel d’offres, et Walter Benedetto, responsable de la direction des constructions de LTF, à un an. Pire, les policiers italiens ont relevé que deux entreprises, Italcoge et Martina SRL, qui ont fait affaire avec LTF, sont dans la liste des entreprises liées à la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise. La Cour des comptes avait pourtant prévenu dans un référé adressé à Jean-Marc Ayrault que « le pilotage de cette opération ne répond pas aux exigences de rigueur nécessaires dans la conduite d’un projet d’infrastructure de cette ampleur ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents