L’austérité sans le dire

La Modernisation de l’action publique affiche les mêmes ambitions de réduction drastique des déficits publics que la RGPP.

Jean-Marc Ayrault en a changé les mots : la Révision générale des politiques publiques (RGPP) de Nicolas Sarkozy a laissé place à la Modernisation de l’action publique (MAP). Et le premier comité interministériel formel, présidé par le Premier ministre, le 18 décembre, a précisé la méthode pour réformer l’État et faire passer la pilule de l’un des budgets les plus rigoureux qu’ait jamais connus la France. Officiellement, Marylise Lebranchu, ministre de la Réforme de l’État, a indiqué que la MAP est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents