Le malaise des socialistes

Troublés par le pacte de compétitivité, les hausses de la TVA ou l’accord sur Florange, élus et militants cultivent la nostalgie du discours du Bourget. En attendant un hypothétique retournement de conjoncture.

Michel Soudais  • 20 décembre 2012 abonné·es

Le changement, ils ne le voyaient pas comme ça. Instruits des échecs passés, les socialistes étaient persuadés d’avoir cette fois toutes les cartes en main pour réussir : l’Élysée, une majorité à l’Assemblée nationale et au Sénat, la présidence de la quasi-totalité des régions et 60 % des départements, la majeure partie des grandes villes… En à peine plus de six mois, pourtant, un sentiment d’inquiétude s’est emparé d’eux. Alimenté par la vertigineuse dégringolade de l’exécutif dans les sondages d’opinion, singulièrement dans l’électorat de gauche [^2]. Renforcé par les mauvais

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 6 minutes