Les deux vies de la diva

Une vision nouvelle d’Yvette Guilbert par Nathalie Joly.

Yvette Guilbert incarne la chanson d’une époque folle qu’on appelle parfois belle : le temps des plaisirs de vivre stimulés par l’alcool. Toulouse-Lautrec a saisi la diva du caf’conç sous un angle étrange, comme une femme décharnée se cachant sous un maquillage appuyé. Tout en gardant en tête ses grands succès, Madame Arthur, Le Fiacre, il faut sans doute aller voir derrière ces images trompeuses. C’est ce à quoi s’attache Nathalie Joly depuis plusieurs années. Cette comédienne-chanteuse a découvert des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents