Une Estonienne à Paris : La lumière et le froid

Une Estonienne à Paris mêle fascination pour la capitale et peur de la mort.

Le froid et la rigueur hivernale, en Estonie. Anne perd sa mère. À une vieille dame va en succéder une autre. Une femme d’origine estonienne, installée à Paris. Et Anne de glisser dans le radiocassette une chanson de Joe Dassin. De quoi réchauffer le cœur avant l’accueil glacial que lui réserve cette vieille émigrée dans un appartement bourgeois. Toujours apprêtée, maquillée, Frida n’a que faire de cette aide à domicile que lui envoie un ancien amant (beaucoup plus jeune qu’elle). Pas faciles, les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents