Des Sisyphe modernes

Dans Plan B , Aurélien Bory utilise le cirque comme arme contre le désenchantement.

Un plan incliné tout lisse, tout gris, austère. Autour, un vide dévoreur de silhouettes masculines, celles des quatre circassiens choisis par le metteur en scène Aurélien Bory pour incarner, dans Plan B, l’humanité égarée dans un labyrinthe sans issue. À leurs cravates bien ajustées sur des costumes taillés à leur exacte mesure, à leur petit attaché-case qui tranche avec le décor irréaliste, on saisit vite dans quel type de dédale d’abord invisible à l’œil nu se pressent les jeunes cadres du spectacle.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents