Des Sisyphe modernes

Dans Plan B, Aurélien Bory utilise le cirque comme arme contre le désenchantement.

Anaïs Heluin  • 10 janvier 2013 abonné·es

Un plan incliné tout lisse, tout gris, austère. Autour, un vide dévoreur de silhouettes masculines, celles des quatre circassiens choisis par le metteur en scène Aurélien Bory pour incarner, dans Plan B, l’humanité égarée dans un labyrinthe sans issue.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 2 minutes