Dossier : Marseille 2013 : Les cocus de l'histoire

Euroméditerranée, ou la ville confisquée

Le programme de réhabilitation des quartiers proches du port de commerce, confié aux promoteurs, vire à la « chasse aux pauvres ».

Une pauvreté « endémique », un port de commerce en déclin, une démographie en recul… Au début des années 1990, le consensus règne dans la classe politique : une « thérapie de choc » doit être prescrite autour du port de Marseille. C’est ainsi que la municipalité, l’État, la Région et le département se réunissent en 1992 pour annoncer de grands travaux. Au total, 531 millions d’euros de fonds publics doivent être investis d’ici à 2030. Le programme baptisé « Euroméditerranée » – « plus grande opération de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents