La santé mentale, le nouveau défi d’Obama

Après la tuerie de Newtown, le traitement des troubles psychiatriques est en débat. Correspondance d’Alexis Buisson.

«J ’aime mon fils, mais il me terrifie. » Ces mots cruels figurent dans une tribune parue sur le site d’information américain Gawker, deux jours après la fusillade de Newtown. Ils sont ceux d’une mère dont le fils de 13 ans, Michael, souffre de maladie mentale. Lors d’explosions de colère, il la menace et laisse entendre qu’il se fera du mal ou en fera aux autres. Liza Long finit par craquer. Après une énième crise, elle conduit son fils à l’hôpital et écrit, sur le formulaire d’admission : « J’ai besoin…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.