Sans-papiers : « Une solution de désespoir »

Quarante et un sans-papiers sont en grève de la faim à Lille depuis le 2 novembre pour obtenir une régularisation.

Sous un gouvernement de droite, c’était scandaleux. Sous un gouvernement de gauche, c’est insupportable : quarante et une personnes en situation irrégulière en France sont en grève de la faim à Lille depuis le 2 novembre. Trente-cinq hommes et six femmes, d’origines algérienne, marocaine, thaïlandaise, guinéenne, sont postés sous une tente sur le parvis de l’église Saint-Maurice, au centre-ville, pour réclamer la régularisation de 161 sans-papiers lillois. D’après la préfecture, 31 d’entre eux seraient…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents