Tarantino : Le flingue plutôt que le sabre

Politis  • 10 janvier 2013
Partager :

« Les armes à feu, pourquoi pas ? » Voici ce qu’a déclaré Quentin Tarantino
dans une interview à BFMTV le 6 janvier. Favorable aux « fusils de chasse, ceux dont on se sert pour le tir au pigeon » , le réalisateur de Kill Bill plaide en même temps pour « un contrôle partiel » , s’agissant seulement « des armes d’assaut, que personne n’a besoin d’avoir chez soi » . Mais, comme beaucoup d’Américains, il a une arme et il y tient ! Sans elle, comment pourrait-il se défendre, « si on veut me nuire ? […] Si des cambrioleurs viennent chez moi ? » . Les sabres, le Dim Mak, le mamba noir… Le réalisateur n’a donc rien retenu de Kill Bill ?

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don