Travail en prison : les prud'hommes accordent des droits à une détenue salariée

Marilyn travaillait en prison pour 2 € de l’heure, sa plainte aux prud’hommes vient de trouver une issue inédite.

Cela pourrait faire l'effet d'une petite révolution dans les prisons françaises : les prud’hommes ont accordé, vendredi 8 février, les droits de salariée à Marilyn M. En détention provisoire à la maison d’arrêt de Versailles, elle a été employée d’août 2010 à avril 2011 sur la plateforme téléphonique MKT Societal. Elle vendait des freebox et de la fibre optique pour environ 2 euros de l'heure. 132 € par mois. Écartée pour avoir passé un coup de fil personnel, elle s’est battue en justice pour faire…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents