Ayrault en procédure accélérée

Le gouvernement veut transcrire « très vite » l’accord national interprofessionnel du 11 janvier. De crainte que la contestation de « l’accord de la honte » ne gagne sa majorité.

Vote et tais-toi. C’est un peu ce qu’attend le gouvernement des parlementaires de sa majorité, pour adopter « très vite » la transcription législative de l’accord national interprofessionnel du 11 janvier sur la flexibilité et la sécurisation de l’emploi. Le projet de loi adopté en Conseil des ministres le 6 mars sera présenté en procédure accélérée (une lecture par assemblée) le 2 avril à l’Assemblée nationale et le 17 avril au Sénat. Jean-Marc Ayrault a lui-même justifié, depuis la cour de l’Élysée, le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Réinventer les possibles

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents