Grâce au rabais pour El Shennawy

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


L’Élysée a rendu son verdict : François Hollande a refusé la grâce présidentielle à Philippe El Shennawy, condamné à perpétuité en 1975 pour un braquage avec prise d’otages (sans effusion de sang). À 58 ans, il en a déjà passé 37 derrière les barreaux. En mai 2012, le tribunal de Versailles a fixé sa sortie de prison à août 2032. Avec un courage de crabe, François Hollande a cependant accordé la relève de la peine de sûreté, qui devrait s’achever en 2018. Ce relèvement permettrait de déposer une nouvelle demande de libération conditionnelle. « Hypothétique » et « dans un futur plus ou moins lointain », a réagi le condamné, qui se voit « dans l’obligation morale de rejeter cette mesurette indigne de la plus haute autorité de la République ». Face à cet acharnement, Shennawy a déclaré « refuser de continuer à appartenir à une société capable d’engendrer de telles souffrances », et confié à sa femme vouloir « se laisser crever ».


Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.