L’aéroport a du plomb dans l’aile

Les opposants à l’aéroport sortent renforcés de leur quatrième hiver d’occupation et envisagent déjà « l’après ».

Erwan Manac'h  • 21 mars 2013 abonné·es

L’hiver s’est montré particulièrement rude sur la zone humide de Notre-Dame-des-Landes. Ni la pluie incessante, ni le vent, ni le froid humide qui pénètre sous les toiles de tente n’ont laissé de répit aux occupants de la « zone d’aménagement différé » (ZAD) visée par le projet contesté d’aéroport. Ils sortent pourtant renforcés de leur quatrième hiver

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 4 minutes