L'aéroport a du plomb dans l'aile

Les opposants à l’aéroport sortent renforcés de leur quatrième hiver d’occupation et envisagent déjà « l’après ».

L’hiver s’est montré particulièrement rude sur la zone humide de Notre-Dame-des-Landes. Ni la pluie incessante, ni le vent, ni le froid humide qui pénètre sous les toiles de tente n’ont laissé de répit aux occupants de la « zone d’aménagement différé » (ZAD) visée par le projet contesté d’aéroport. Ils sortent pourtant renforcés de leur quatrième hiver d’occupation. Deux cents à trois cents personnes ont élu domicile dans des cabanes perchées, flottantes ou montées sur pilotis ; des granges ou des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents