Les risques cachés de l’Accord national interprofessionnel

Une étude révèle que le projet de loi dit de « sécurisation de l’emploi » contient quatre dangers majeurs pour la santé des salariés.

L’Observatoire du stress et des mobilités forcées, qui agit depuis 2007 contre la souffrance au travail, a étudié le projet de loi dit de « sécurisation de l’emploi ». Un projet qui transpose l’accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier élaboré par le Medef et signé par trois syndicats minoritaires (CFDT, CFE-CGC, CFTC). En l’état, le texte est considéré par Michel Sapin, ministre du Travail, comme « un progrès considérable pour l’ensemble des salariés ». Pourtant, l’étude, sobrement intitulée…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.