Notre-Dame-des-Landes : « Nous pouvons être fiers »

Marcel Thebault, un des derniers agriculteurs encore en activité sur la zone visée par l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, se dit aujourd’hui confiant, mais impatient que la lutte se termine.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Marcel et Sylvie Thebault vivent au Liminbout, un hameau situé en bordure de la zone concernée par le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Depuis la reconnaissance « d’utilité publique » du projet, en 2008, ils sont engagés malgré eux dans une lutte juridique et sur le terrain, pour la sauvegarde de leur exploitation.

Le couple a été exproprié de sa ferme en novembre 2012. Il attend toujours de recevoir l’avis d’huissier pour en être formellement notifié. Une fois l’expropriation actée, des procédures pour l’expulsion de la ferme – que le couple occuperait alors « illégalement » – commenceront. Elles dureront au moins un an et demi.

Avec ces délais à rallonge et la mobilisation qui s’amplifie dans toute la France, Marcel Thebault se dit « relativement confiant » sur l’issue du bras de fer usant qu’il mène sur ses terres.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents