Pour Tony Blair, la vie est belle…

Dix ans après, Tony Blair, surnommé à l’époque « le caniche de Bush », n’en finit pas de se justifier de sa participation à la guerre américaine en Irak. « J’ai pris une décision que je croyais juste », a redit l’ancien Premier ministre britannique à la télé. « Bush est la pire des choses qui pouvait arriver à Blair », répètent ses opposants. En tout cas, ce n’est pas le scrupule qui l’étouffe. Blair sillonne le monde au prétexte qu’il est porte-parole du Quartette au Proche-Orient, sans l’ombre d’un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.