Protéger les espèces sauvages

Une conférence se réunit à Bangkok pour établir des règles sur le commerce des animaux et des plantes menacés d’extinction.

Claude-Marie Vadrot  • 7 mars 2013 abonné·es

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites), ou Convention de Washington, qui s’efforce depuis 1973 de lutter contre le commerce des espèces protégées, se tient jusqu’au 10 mars à Bangkok. La Cites – 177 pays membres – dresse ou révise tous les trois ans la liste des espèces menacées interdites de commercialisation, ou faisant l’objet de quotas d’exportation ou d’importation. Une liste qui référence tant l’ivoire qu’un cactus mexicain, les peaux de tigre, la corne de rhinocéros, le chimpanzé ou encore une orchidée amazonienne. Le trafic international des espèces représente environ 15 milliards d’euros par an, selon le WWF. Une manne qui explique la constitution de réseaux mafieux pour alimenter et organiser ce commerce. Des réseaux qu’Interpol, depuis quelques années, s’efforce de démanteler. D’autant qu’ils sont souvent liés aux trafics de drogue, mais avec moins de risques pour les trafiquants. Et avec une certaine indifférence des polices aux frontières : le 27 février, un voyageur surpris à Roissy avec une soixantaine d’oiseaux interdits de commercialisation est reparti libre, et les oiseaux, abandonnés à l’aéroport, sont morts de faim…

Les pressions qui pèsent sur la réunion de Bangkok sont multiples : d’abord les milieux qui vivent des trafics, ensuite les gouvernements qui ne souhaitent pas priver une partie de leur population d’un revenu, et ceux qui participent, au moins partiellement, à une chasse ou à une cueillette destinées à l’exportation. De plus, les gouvernements s’échangent en coulisses des « indulgences ». Ainsi, les pays asiatiques, principaux pêcheurs de requins, négocient avec les États-Unis, qui demandent une interdiction de chasse des ours blancs, contre l’avis du Canada, de la Norvège, de la Russie et du Danemark. Menacés par le réchauffement climatique et la chasse, ces plantigrades ne sont plus que 20 000 individus, dont plus de la moitié au large du littoral canadien. Une peau d’ours se négocie jusqu’à 6 000 euros, alors que les Inuits sont déjà pénalisés par l’interdiction d’exporter des peaux de jeunes phoques. Les mêmes hypocrisies s’affrontent pour l’ivoire ou la corne de rhinocéros, dont le commerce est également interdit. Enjeu des tractations en cours : la préservation d’une dizaine de milliers d’espèces animales et végétales et la réduction d’un trafic n’existant que parce que subsiste une clientèle.

Écologie
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines
Reportage 15 juillet 2024 abonné·es

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines

L’établissement des Deux-Sèvres voit mûrir au sein de son BTS gestion et protection de la nature une nouvelle génération d’activistes contre l’accaparement de l’eau. Ses élèves aux parcours sinueux trouvent dans ce terroir et son activité militante le déclic d’un engagement durable.
Par Sylvain Lapoix
L’écologie unie face à l’extrême droite
Écologie 25 juin 2024

L’écologie unie face à l’extrême droite

À l’initiative de Reporterre, de nombreuses ONG, penseurs écologistes et militants se sont réunis le lundi 24 juin à Paris. L’objectif : dénoncer l’imposture écologique de l’extrême droite et les dangers de son accession au pouvoir sur l’environnement.
Par Tristan Dereuddre
« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »
Entretien 17 juin 2024

« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »

Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France revient sur la menace que représente l’extrême droite climatosceptique pour la transition écologique et sociale, et sur le rôle décisif de la société civile auprès du Nouveau Front populaire.  
Par Vanina Delmas
Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route
Analyse 12 juin 2024 abonné·es

Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route

Pour les défenseurs de l’autoroute A69, c’est la survie économique du territoire autour de Castres qui est en jeu. Mais quelles réalités néolibérales cet argument sans cesse brandi cache-t-il ?
Par Vanina Delmas