Une « class action » française

Un projet de loi instaure la possibilité d’engager des démarches collectives en justice. Première déception pour les associations : la loi sera restreinte aux préjudices économiques.

Les actions de groupe à la française, les consommateurs en rêvaient, Benoît Hamon l’a fait. C’est en substance ce qui se dit dans son cabinet en prévision du projet de loi sur la consommation qui doit être présenté le 24 avril en Conseil des ministres. De fait, les deux premiers articles de ce projet sont dévolus aux actions de groupe, dispositif de contentieux qui permet à un grand nombre de consommateurs de porter plainte conjointement. C’est dire la portée de cette affaire, qui représente une nouveauté…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.