Des élites comme les autres

La plupart des dirigeants et patrons socialistes passent par les grandes écoles, où ils forgent des amitiés utiles dans leur carrière. Au risque de remiser les convictions politiques au second plan.

Olivier Doubre  • 11 avril 2013 abonné·es

L’« affaire Cahuzac » est venue confirmer ce que nous savions déjà : le rapport décomplexé à l’argent d’un grand nombre de dirigeants du Parti socialiste. Et sans doute le sentiment d’être au-dessus des lois, telle une caste. Ou une noblesse, fût-elle « d’État », comme l’avait définie en son temps Pierre Bourdieu. « Décomplexé » est d’ailleurs le terme employé devant des journalistes de Challenges, magazine dédié au monde des affaires, par Emmanuel Macron, brillant jeune homme de 35 ans, aujourd’hui secrétaire général adjoint (donc numéro 2) de l’Élysée, passé comme beaucoup de hauts dirigeants socialistes et de patrons de grandes entreprises

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes