Iter, labo du dumping social ?

Des syndicalistes CGT de Cadarache s’inquiètent des conditions de travail qui attendent les ouvriers du chantier du réacteur expérimental, soumis à la logique du libéralisme européen.

«N ous refusons des conditions de travail d’un autre siècle », assène Alain Champarnaud. Le syndicaliste CGT du centre de recherche du Commissariat à l’énergie atomique à Cadarache (Bouches-du-Rhône) est aussi représentant CGT au comité local d’information sur Iter 1, un réacteur expérimental de fusion nucléaire en cours de construction depuis 2010. Alain Champarnaud craint en effet des conditions de travail « indignes » sur ce chantier international financé par l’Union européenne, la Chine, l’Inde, le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.