Iter, labo du dumping social ?

Des syndicalistes CGT de Cadarache s’inquiètent des conditions de travail qui attendent les ouvriers du chantier du réacteur expérimental, soumis à la logique du libéralisme européen.

Marion Genevois  • 25 avril 2013 abonné·es

«N ous refusons des conditions de travail d’un autre siècle », assène Alain Champarnaud. Le syndicaliste CGT du centre de recherche du Commissariat à l’énergie atomique à Cadarache (Bouches-du-Rhône) est aussi représentant CGT au comité local d’information sur Iter [^2], un réacteur expérimental de fusion nucléaire en cours de construction depuis 2010. Alain Champarnaud craint en effet

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes