Koh-Lanta, le feuilleton

Politis  • 11 avril 2013
Partager :

C’en devient une affaire arithmétique : un candidat qui décède à la suite de plusieurs arrêts cardiaques (le 22 mars dernier) ; un médecin qui se suicide dix jours plus tard ; une programmation annulée ; des témoignages (Arrêt sur images et RMC) qui s’additionnent mettant en cause le rôle de la prod (Adventure Line Productions) ; une plainte en diffamation ; un patron de chaîne (Nonce Paolini) qui monte au créneau pour « s’associer à la douleur des familles » et défendre son programme ; une ménagère sur deux de moins de 50 ans touchée ; une perte de recettes publicitaires estimée à 10 millions d’euros ; des rushes qui tardent à être transmis à la justice ; des premiers résultats d’autopsie révélés puis démentis. Et six nouveaux témoignages (ce vendredi 5 avril sur Arrêt sur images encore) accusant la production. « Koh-Lanta » : quand tous les ingrédients de la réalité dépassent la téléréalité.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don