La métaphysique politique de Pasolini

Jean Duflot met la « vitalité désespérée » du cinéaste à l’épreuve du chaos contemporain.

Pasolini, le « réalisateur lubrique », « l’écrivain immoral », « l’intellectuel ténébreux » … Le scandale, s’il a popularisé le cinéaste, a aplani la portée de son œuvre. Les cercles universitaires, s’ils l’ont institutionnalisé, en ont fait une figure élitiste et hermétique. Le Pasolini du journaliste Jean Duflot réincarne pleinement un homme caractérisé par l’engagement politique et poétique. Aux côtés des classes populaires, revendiquant son homosexualité face à la censure bourgeoise, l’auteur des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Réinventer les possibles

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents