Palestine : la FFF refuse d’entendre le sort des sportifs palestiniens

Des militants ont investi le hall de la Fédération française de football (FFF), le 17 avril, à l’occasion de la journée internationale de soutien aux prisonniers palestiniens. Reportage.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Des drapeaux aux couleurs de la Palestine ont remplacé les fanions des équipes sportives : mercredi 17 avril en début d’après-midi, une quarantaine d’hommes et de femmes de tous âges et origines réclamaient un geste de Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football (FFF), pour la libération d’Omar Abu Rouis et de Mohamed Nemer, deux jeunes footballeurs palestiniens enfermés depuis février 2012 dans les geôles israéliennes.  

Le 10 avril, le président de la prestigieuse institution sportive avait refusé de rencontrer Mahmoud Sarsak, qui était reçu le lendemain par Nicole Kiil-Nielsen, députée européenne du groupe des Verts. Ce jeune footballeur palestinien rescapé de trois ans de détention administrative en Israël a alors témoigné en France pour alerter sur la situation des sportifs palestiniens, victimes de la répression du gouvernement israélien.

Il prête sa voix et son visage à la campagne contre l’organisation de l’Euro de football des moins de 21 ans en Israël au mois de juin. 

Lire > Palestine : le football contre les canons  

Arrestations arbitraires, interrogatoires, tortures… Ce que subissent près de 5 000 prisonniers palestiniens en Israël ne semble pas préoccuper les hauts dignitaires du sport. Et pas davantage les 550 sportifs palestiniens morts dans le conflit israélo-palestinien, depuis 1967. De grandes figures du football, comme Eric Cantona et Didier Drogba, s’étaient pourtant mobilisées en 2012 pour la libération de Mahmoud Sarsak, qui totalisait 92 jours de grève de la faim. 

Aujourd’hui, la FFF, liée au Ministère de la Jeunesse et des Sports, déclare ne pas « faire de politique » , rapporte l’un des militants. L’occupation du hall d’entrée de ses locaux semble inquiéter davantage le président. Hostile à toute négociation, Noël Le Graët a préféré solliciter sept camions de CRS pour expulser les militants. Malgré une évacuation musclée et un passage au commissariat pour contrôle d’identité, le mouvement pour la libération des Palestiniens prévoit un grand rassemblement à Londres le 24 mai à l’occasion du congrès annuel de l’UEFA (Union of European Football Associations).

Mercredi 17 avril, devant le siège de la FFF, les manifestants sont interpellés pour un contrôle d'identité. - MARTIN BUREAU / AFP


Photo : MARTIN BUREAU / AFP

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents