Bangladesh : Les marques mises en cause

Après l’effondrement du Rana Plaza, syndicats et ONG demandent des droits nouveaux pour les ouvrières du textile.

De grandes enseignes de l’habillement – Mango, Primark, Carrefour, Bon Marché, Benetton, Gap, C&A, H&M, etc. – qui se fournissent au Bangladesh, deuxième exportateur mondial de textile, sont à nouveau montrées du doigt par les syndicats et les organisations de défense des droits des travailleurs. Dans les ateliers du Rana Plaza, un immeuble qui s’est effondré fin avril en banlieue de Dacca, près de 3 500 ouvrières confectionnaient des vêtements dans des conditions indignes, pour environ 30 euros par mois.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Éloge de l’intersectionnalité

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Appel pour les marches des libertés samedi 28 novembre partout en France

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.