Italie : Le divo s’est couché

La disparition de Giulio Andreotti, qui incarna le système démocrate-chrétien pendant un demi-siècle, marque la fin d’une époque.

Membre pour la première fois d’un gouvernement en 1947, ministre de façon ininterrompue jusqu’en 1992, sept fois président du Conseil (totalisant 2 226 jours !), Giulio Andreotti, disparu le 6 mai, fut pendant quarante-cinq ans l’un des personnages clés de ce que l’on appelle en Italie la « Première République ». C’est-à-dire le système politique entièrement dirigé depuis l’après-guerre par la Démocratie chrétienne (DC). Une DC à laquelle il adhéra après avoir connu quelques futurs papes, cardinaux ou…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents