Namir Abdel Messeeh : « L’Acid a été un tremplin pour moi »

L’auteur de La Vierge, les coptes et moi raconte sa collaboration avec l’association de cinéastes.

Le réjouissant premier long métrage de Namir Abdel Messeeh, la Vierge, les coptes et moi, a fait partie l’an dernier de la programmation à Cannes de l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion (Acid). Un an plus tard, le réalisateur explique ici ce que l’Acid a apporté à la jolie carrière de son film 1, au moment où l’association lance une pétition et publie un texte dans le Monde. Une tribune, intitulée « Ne laissons pas la loi du plus fort priver d’écrans le cinéma indépendant 2 », et qui n’est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents