Namir Abdel Messeeh : « L’Acid a été un tremplin pour moi »

L’auteur de La Vierge, les coptes et moi raconte sa collaboration avec l’association de cinéastes.

Christophe Kantcheff  • 16 mai 2013 abonné·es

Le réjouissant premier long métrage de Namir Abdel Messeeh, la Vierge, les coptes et moi, a fait partie l’an dernier de la programmation à Cannes de l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion (Acid). Un an plus tard, le réalisateur explique ici ce que l’Acid a apporté à la jolie carrière de son film [^2], au moment où l’association lance une pétition et publie un texte dans le Monde. Une tribune, intitulée « Ne laissons pas la loi du plus fort priver d’écrans le cinéma indépendant   [^3] », et qui

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 6 minutes